Somnifères au volant: la criminelle sans états d'âme

Jeudi 28 juin 2012, Owen décédait au bout de 24h de coma profond , entouré des siens. Il n’a pas survécu à l’extrême violence du choc. Commotion cérébrale. Son cœur s’est arrêté, infarctus de stress lié au choc ...

Pour aller faire les soldes, la tueuse a pris sa voiture, imbibée d’un cocktail de médicaments, dont des somnifères à haute dose. En pleine ligne droite, par temps clair, à environ 20 mètres d’Owen qui circulait à vélo au bord de la chaussée, sa voiture s’est dirigée vers lui, mordant le bas-côté herbeux. Pas de freinage, pas de coup de volant pour redresser la trajectoire. Elle a percuté Owen par l’arrière de plein fouet, en plein milieu du pare-brise. Projeté sur le toit, Owen a violemment chuté dans le fossé, son casque n’offrant qu’une bien maigre protection contre ce monstre de ferraille. Toujours pas de freinage, toujours pas de coup de volant. La folle voiture continue sa course en direction de Jean-Guillaume, le copain d’Owen, qui venait de s’arrêter un peu plus haut. S’il est en vie aujourd’hui, c’est parce qu’il a eu le temps et le réflexe de se jeter sur le talus.

Cette femme, qui avait déjà renversé et blessé une scootériste quelques semaines avant, a appelé son mari, et a déclaré, alors qu’Owen gisait dans le fossé, inconscient, peinant à respirer, “une EMMERDE n’arrive jamais seule”... Elle trouvait le temps long, voulait partir, est montée dans sa voiture, l’a déplacée ... Puis elle s’est mise à pipeletter avec des voisines venues lui tenir compagnie ... comme si de rien n’était ...

Ce même monstre froid se tenait bien droit à la barre près de six ans après, le 17 mai 2018 au Tribunal de Brest, imperturbable, un vrai bloc de glace. Son seul regret “Six ans, c’est pénible”. Incapable de prononcer le prénom de l’enfant dont elle a cruellement ôté la vie ni celui de la jeune fille qu’elle a blessé: “MORVAN et INIZAN, ce sont les deux seules CHOSES qui me sont arrivées dans la vie”. Qui ME sont arrivées ... encore dans le déni, elle n’assume pas ses actes et ne reconnait pas sa responsabilité. JAMAIS elle n’aura eu un mot de compassion pour Owen, ni pour sa famille, ses amis présents dans la salle, malgré les perches tendues par le juge: “maintenant que vous avez entendu la famille Morvan, avez-vous quelque chose à leur dire ?” Réponse glaçante “NON

Sans doute considère-t-elle que la mort d'Owen n'est qu'un effet secondaire de plus de son dangereux cocktail médicamenteux ...

Peine requise par la Procureure pour “Homicide INvolontaire”, trois ans de prison dont deux avec sursis, annulation du permis de conduire avec interdiction de le repasser avant cinq ans (elle en aura 84 ...)

Délibéré le mardi 3 juillet 2018


Réagir


CAPTCHA


Actualités
Rechercher sur le site

Livre d'or Pas encore de message

Aller sur le livre d'or