Le verdict a été rendu, mais la justice ?

Alors que la procureur avait requis trois ans de prison dont deux avec sursis, eut égard à son âge , mais aussi car cette personne insensible ne semblait pas prendre conscience six ans après de la gravité de ses actes et de ses paroles, les juges ont diminué la peine à 24 mois de prison dont six ferme, peine aménageable, peine virtuelle donc, minimisant ainsi la gravité des faits ...

 

Nous recevons cette décision avec dignité, mais nous sommes consternés par un jugement encore une fois très clément envers une meurtrière de la route, ce qui est malheureusement très souvent le cas en France.

 

Ainsi son âge a plaidé en sa faveur, effectivement, emprisonner une mamie de 79 ans peut paraitre absurde, mais les juges ont eu connaissance du dossier affligeant, du comportement de cette personne sur les lieux de l'accident qui s'est exclamée "une emmerde n'arrive jamais seule", car elle avait déjà renversé et blessé une scootériste seulement quelques semaines avant, elle qui a voulu partir, qui se plaignait et trouvait le temps long, et tout cela, alors qu'Owen gisait à ses pieds dans le fossé, parmi les ronces où elle l'avait balancé, inconscient ...

Le 17 mai, jour du procès, c'est ce même monstre froid qui affichait un visage impassible, dur, de marbre. Jamais elle n'aura exprimé le moindre remords, le moindre regret, encore des mensonges, encore elle se plaint pour sa petite personne, incapable de prononcer le prénom d'Owen, elle répond d'un non glacial chaque fois que le juge lui demande si elle a quelquechose à dire à la famille ...

 

Si les Hommes sont égaux en droit, ils sont aussi égaux face à leurs devoirs. Elle a décidé de prendre le volant pour aller faire les soldes, malgré son cocktail de médicaments, malgré sa dangerosité qu'elle ne pouvait ignorer après avoir déjà blessé quelqu'un, elle doit assumer pleinement, ce n'est pas une citoyenne à part.

 

Le 3 juillet, jour du verdict, six ans jour pour jour après que nous ayons dit un dernier adieu à Owen et que ses cendres aient été déversées dans la mer qu'il chérissait, à la Grève Blanche, sa plage, cette personne affiche de nouveau la même attitude froide, et s'en va après le verdict par une porte dérobée, incapable de soutenir le regard de la famille et des amis de l'enfant qu'elle a détruit, incapable de croiser le regard d'Owen sur les photos que nous tenions sur le coeur, lâche jusqu'au bout ...

 

A nous de continuer à vivre avec le sentiment que notre enfant a été une fois de plus piétiné, que ses droits ont été bafoués, car si l'on tient compte de l'âge de sa meurtrière, a-t-on tenu compte de l'âge d'Owen ? 14 ans seulement ...

 

Lors des attentats de novembre 2015, alors que les terroristes étaient encore en fuite, Elisabeth Badinter se trouvait sur un plateau télé et commentait l'importance de les arrêter vivants pour les juger. Un journaliste lui a alors demandé "JUGER pour comprendre ?" sa réponse résonne encore en nous "NON, JUGER POUR ÉVALUER LE MAL QUI A ÉTÉ FAIT, JUGER POUR PUNIR"

 

Le mal qui a été fait à Owen, et à tous ceux qui l'aiment a été évalué de manière bien légère par la justice de notre pays au tribunal de Brest ... et quelle punition pour cette femme ? Devoir se rendre le 27 aout prochain devant le Juge d'Application des Peines, et après ?

 

Pour nous, c'est la peine à vie, notre peine à nous n'est pas aménageable ...


Les réactions

Avatar Walafenn

Je pensais jusqu'à présent que le fait que le doute profite à l'accusé était plutôt généreux, bienveillant, digne de la patrie des droits de l'homme... En fait, c'est nier les victimes qui doivent assumer au quotidien une vie bouleversée et cela a pour effet d'amoindrir la peine des coupables et de la rendre injuste. De tels verdicts sont un traumatisme supplémentaire au vu des attentes légitimes. Pour les victimes, pour leurs familles, pour leurs proches, pour leurs amis, pour toute personne douée d'un tant soit peu d'humanité, c'est intolérable !
Les verdicts qui mettent en péril notre société sont bien plus sévères. J'en veux pour exemples les condamnations à 3 et 4 ans de prison ferme pour trafic de fausse monnaie, énoncés juste avant le verdict pour le décès d'Owen. Je les comprends et les partage totalement, je tiens à ce que mon pays soit économiquement viable. Mais la natalité, le renouvellement des générations et donc la préservation de la vie me semblent tout aussi primordiaux.
Enfin, je ne retiendrai que la peine de prison ferme à laquelle a été condamnée cette personne âgée indigne. J'ai parfois craint qu'une simple condamnation de prison avec sursis ne soit prononcée et j'aime à penser que la coupable y croyait vraiment : quel dur retour à  la réalité de la vie, certainement un petit bouleversement dans sa vie de personne sûre de ses droits et de ses privilèges, mais apparemment moins regardante sur ses devoirs.
Chacun d'entre nous doit prendre ses responsabilités au volant. Mieux vaut dépenser quelques euros en frais de taxis, voire se séparer de sa voiture (au vu du budget alors économisé entre l'assurance, l'entretien, le carburant,... les frais de taxis paraissent bien dérisoires) si notre état de santé habituel l'exige. Quelques euros contre des vies humaines...

Le 04-07-2018 à 11:18:12

Réagir


CAPTCHA


Actualités
Rechercher sur le site

Livre d'or Pas encore de message

Aller sur le livre d'or